Nul doute que la logistique constitue la colonne vertébrale de bien des secteurs d’activité. De l’identification des matières premières à la livraison finale, presque tout semble en dépendre. Force est de constater que cela ne risque pas de changer de sitôt. Ce qui change, en revanche, ce sont les tendances logistiques en elles-mêmes. Il est donc temps de faire le point sur celles-ci afin de vous permettre une meilleure adaptation. 

Tendances majeures en logistique pour 2023

En termes technologiques et méthodologiques, l’époque actuelle peut être qualifiée de post-pandémique. Le COVID-19 aura certainement contribué à l’évolution logistique déjà amorcée avec l’arrivée du nouveau millénaire. En voici les aspects les plus marquants :

Logistique durable : vers une approche plus verte

Les principaux soucis environnementaux (changement climatique, pollution et acidification des océans, épuisement de diverses ressources, etc.) étaient déjà devenus une priorité pour plusieurs secteurs, bien avant l’émergence du COVID. La pandémie aura toutefois accentué cette prise de conscience à l’échelle planétaire. Les nouvelles tendances logistiques sont donc « passées au vert ». Voci quelques pratiques recommandées (et déjà adoptées par certains) :

– Adopter des emballages écologiques 

– Réduire et trier toutes sortes de déchets conformément aux normes d’une logistique verte

– Imiter la fabrication dans le noir (lights-out manufacturing) également dans les entrepôts. Soit réduire le besoin de lumière artificielle.

– Donner la priorité aux fournisseurs et partenaires géographiquement plus proches afin de réduire les distances à parcourir

– Opter pour une flotte de véhicules et des itinéraires moins polluants, afin de diminuer l’émission de gaz à effet de serre (GES)

Automatisation logistique : l’avenir est ici

L’automatisation logistique présente un grand nombre d’avantages tels que l’augmentation de la productivité, la réduction du nombre d’erreurs ou encore un renforcement de la sécurité (avant tout pour le personnel). Par ailleurs, c’est une approche qui permet de réduire vos coûts à long terme. Pensez donc (entre autres) à :

– Automatiser la préparation des commandes. Par exemple, la stratégie goods-to-person (« produits vers la personne ») permet de transmettre la marchandise directement à l’opérateur. Ce dernier peut ainsi rester à son poste de picking sans avoir à se déplacer et procéder immédiatement à la préparation (assemblage, etc.). Pour ce faire, vous devriez adopter un système de gestion des entrepôts (warehouse management system – WMS). Ce type de logiciel automatise plusieurs tâches, y compris le prélèvement de la quantité idéale de marchandise par l’opérateur (voice picking ou instructions vocales).

– Automatiser l’expédition des marchandises. C’est l’une des tendances logistiques les plus prometteuses de nos jours. Des trieurs spéciaux peuvent vous permettre de catégoriser les marchandises selon le type de transporteur. Désormais il existe également des systèmes automatiques de chargement/déchargement. Elles comprennent notamment des tables élévatrices qui déplacent les palettes de produits vers l’intérieur/extérieur des camions en un rien de temps. 

– Automatiser les flux de marchandises de manière générale, et non seulement au moment des expéditions. Vous pouvez, par exemple, remplacer les chariots traditionnels par des transstockeurs. Ces machines automatisées sont équipées de rails de guidage qui leur permettent de se déplacer par elles-mêmes dans un espace donné (magasin, dépôt, etc.). Elles aident à réduire les erreurs de gestion manuelle, sont rapides et hautement adaptables (aux températures extrêmes, cadences de travail intensifiées, etc.). 

Logistique 4.0 : intégration de la technologie dans les chaînes d’approvisionnement

Également connue sous les noms de  « logistique du futur », « industrie 4.0 » et « supply chain 4.0 », la logistique 4.0 est tout simplement un maillon de la quatrième révolution industrielle. Autrement dit, elle comprend les tendances logistiques qui caractérisent l’époque actuelle. Le principal mot d’ordre ici est l’adoption d’une logistique innovante pour l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. Il s’agit donc d’intégrer des outils et technologies développés pour réduire les frais et délais, tout en augmentant la performance, la qualité, la productivité, la sécurité et l’autonomie. En voici quelques exemples :

– Intelligence artificielle (IA) incluant l’apprentissage automatique 

– Cloud computing (« informatique en nuage »)

– Big data (« mégadonnées »)

– Parcours client omnicanaux

– Réalité augmentée

– Production robotisée

Logistique urbaine : répondre aux défis des métropoles modernes

Les métropoles sont, par la force des choses, des cibles aux exigences à la fois sophistiquées et volumineuses. Faut-il alors sacrifier l’aspect écologique ? Pas forcément. S’agissant par exemple de la circulation intra-muros des marchandises, on pourra opter pour un transport multimodal qui privilégierait si possible le ferroviaire et le fluvial. Au cas où le transport routier ne peut être évité, on pourra se tourner vers des carburants moins polluants. 

Pour réduire les déplacements en question, il est également utile de faire appel à des logiciels qui optimisent chaque étape, de la commande à la livraison. Une autre astuce est de mettre en place des relais et points de collecte dans la ville. Vous pouvez ainsi regrouper les marchandises au même endroit.


L’impact de la transformation numérique sur la logistique

Qui dit tendances logistiques 2023, voire 2024, dit aussi numérisation. À l’heure où les méthodes traditionnelles continuent de céder peu à peu la place aux procédés du futur, il convient de savoir en quoi ces derniers consistent. 

Transformation digitale logistique : vers une industrie connectée

Dans les sections précédentes, nous avions déjà évoqué quelques exemples de technologies modernes au service de la logistique. Un autre aspect important à souligner est la connectivité. Pensons notamment aux connecteurs IoT (Internet des objets) qui collectent et analysent des données pertinentes, puis les partagent avec le reste des appareils connectés à un même réseau. Ou encore à la blockchain qui assure la transmission de l’information aux différents agents de la chaîne d’approvisionnement. Un type d’information précise et non modifiable, ce qui la rend bien plus fiable que ses équivalents qui sont gérés et partagés manuellement. 

Le but est avant toute chose d’assurer la traçabilité des produits. Les informations transmises incluent l’emplacement, la température, l’humidité, ainsi que toute défectuosité possible. Tout cela permet d’agir sans perte de temps. Cette efficacité se trouve accrue grâce au fait que chaque agent de la chaîne peut suivre tout le processus en temps réel, en toute transparence. 

Intelligence artificielle en logistique : comment l’IA change la donne

L’une des tendances logistiques actuelles les plus marquantes est, sans doute, l’intégration de l’IA à la chaîne d’approvisionnement. Pour le moment, on assiste essentiellement à l’utilisation de l’apprentissage automatique (machine learning). Ce dernier comprend, d’une part, l’apprentissage simple dans lequel des algorithmes détectent des récurrences au sein d’un même ensemble de données. Cela leur permet d’automatiser certaines tâches ou de faire certaines prédictions (celles relatives, par exemple, aux comportements d’achats des clients). D’autre part, l’IA en logistique et transport comprend l’apprentissage profond (deep learning) basé sur une imitation du cerveau humain. Ainsi, les machines connectées au système peuvent accomplir des tâches plus complexes telles que la reconnaissance d’objets sans code-barres, la conduite autonome de véhicules, etc.

Tendances en matière d’automatisation de la logistique

Nous en avions déjà touché un mot dans les sections précédentes. L’automatisation logistique est applicable pratiquement à toutes les étapes de la supply chain

En ce qui concerne les entrepôts, on a notamment les solutions pour le picking (comme les bras robotisés qui manipulent et déplacent les marchandises), les véhicules à guidage automatique ou encore la suppression partielle ou totale de l’éclairage. 

Rappelez-vous également des systèmes de chargement/déchargement automatique pour les camions. Ils comprennent plusieurs composantes automatisées telles que les convoyeurs pour palettes et bacs. 

Enfin, une autre tendance logistique de taille à souligner ici est l’utilisation de logiciels dédiés et l’analyse automatisée des données. 

Chaînes d’approvisionnement résilientes : l’importance de la préparation

Le concept de résilience en logistique est avant tout basé sur un souci de prévention des risques. Mais ce n’est pas tout. Il s’agit aussi d’adopter une approche plus moderne, collaborative, respectueuse de plusieurs facteurs tels que le personnel et l’environnement.

Évolution des chaînes d’approvisionnement post-pandémie

On sait que la pandémie du COVID-19 et les confinements qui en ont résulté ont transformé le monde du travail à bien des égards. Côté logistique, il est tout d’abord question de préserver le contact entre les différents agents et de continuer d’assurer l’approvisionnement en toutes circonstances. La pandémie a également accéléré une prise de conscience en matière de cybersécurité. En effet, l’augmentation du volume de télétravail de même que le mécontentement mondial vis-à-vis des politiques sanitaires se sont traduit par un risque accru de cyberattaques. 

Ce qu’on veut désormais ce sont des chaînes d’approvisionnements :

Plus visibles, grâce à la multiplication des partenaires (au-delà des fournisseurs officiels) pour diversifier les chances d’intervention en cas de problème,

Plus souples, qui tiennent compte des spécificités locales et de la diversité des sources, et s’y adaptent rapidement,

Plus prédictives, qui planifient et réagissent avant la survenue de perturbations.


Transport multimodal : optimisation et intégration

Les tendances logistiques sont étroitement liées à la question du transport. Ces dernières années, on remarque un souci d’amélioration à plusieurs niveaux. La solution la plus efficace semble être la multimodalité, que ce soit pour le transport intra-muros, extra-muros ou international. Elle apporte en effet davantage de flexibilité en matière de coûts, délais et mesures écologiques. Dans les scénarios les plus typiques, on fait en sorte d’utiliser les modes de transport ferroviaire et fluvial (plus économiques et moins polluants) sur la majorité du parcours. Ensuite, pour les derniers kilomètres, on fait appel au transport routier. 

Quant à l’intégration avec la logistique 4.0, elle est rendue possible grâce au suivi assuré par les nouvelles technologies dédiées. Par exemple, des logiciels spécifiques permettent de mesurer les variables en lien avec chaque mode de transport utilisé (empreinte carbone, etc.). 

Vue d’ensemble du marché de la logistique

Les observations précédentes nous conduisent à questionner les acquis du quart de siècle qui est sur le point de se terminer. Autrement dit, ceux qui vont donner une direction aux tendances de demain.

Tendances du marché de la logistique : où allons-nous?

La réponse qui semble la plus évidente est que la logistique d’aujourd’hui fait de son mieux pour s’ajuster au nouveau contexte mondial. Pensons notamment aux avancées technologiques (telles que l’IA) et changements économiques (avec, entre autres, l’expansion constante des cryptomonnaies). Les acteurs du monde professionnel misent désormais sur une logistique plus automatisée et technologique, mais aussi plus verte et flexible. Par ailleurs, on sait que la demande de services de livraison et d’expédition (y compris en import-export) ne cesse d’augmenter. Force est de constater que le taux de main-d’œuvre qualifiée n’est plus en mesure de suivre une telle cadence. Les entreprises de logistique sont déterminées à compenser cette pénurie en remplaçant le facteur humain par la machinisation. Les technologies actuelles en sont la preuve. 

Vous pourriez également vouloir lire notre blog intitulé « Comment optimiser votre chaîne logistique en 5 étapes« 

Futur de la logistique : attentes pour la prochaine décennie

Compte tenu de la situation actuelle, ne soyons pas étonnés si de lourdes interdictions touchent le secteur de la construction dès le début des années 2030. Des projets sont d’ores et déjà en élaboration, tels que la Zéro Artificialisation Nette (ZAN). Autrement dit, il deviendra de plus en plus difficile de construire des locaux sur la plupart des espaces. Ce qui veut dire qu’il faudra composer avec ceux déjà existants (entrepôts, etc.) en les adaptant aux nouvelles exigences. 

La robotisation et l’automatisation de la chaîne d’approvisionnement vont également s’accélérer, avec des objectifs comme le zero-touch fulfillment, soit zéro intervention manuelle. En tous les cas, le travail humain sera profondément transformé avec l’utilisation de nouveaux gadgets tels que les wearables (lunettes intelligentes, caméras cousus sur vêtements, etc.). Réalité augmentée et réduction des efforts physiques aussi bien que cognitifs seront les normes du futur.  

Les nouvelles tendances innovantes en logistique

La logistique innovante à laquelle on assiste aujourd’hui se focalise sur deux aspects :


Logistique verte : priorisation de la durabilité

On l’a vu, la logistique écologique vise avant tout à protéger la planète en adoptant des outils et méthodes plus respectueux. Moins de carburant, moins de déchets, emballages triables et recyclables, révision des parcours et procédés de transport… Autant de défis que les experts contemporains sont déterminés à relever.

En outre, le but ultime est de faire perdurer ces efforts au lieu de les limiter à des expérimentations épisodiques. D’où l’importance des logiciels dédiés, systèmes de suivi informatique et autres big data. Les professionnels de la logistique tiennent à garder une trace des formules « qui marchent » pour pouvoir les reproduire sur le long terme. 

Logistique innovante : solutions pour les défis contemporains

Les tendances logistiques actuelles ne sont pas seulement à la recherche de gains financiers mais aussi de solutions en tous genres. Par exemple, l’urbanisation massive des décennies passées a donné naissance à certaines tentatives telles que la végétalisation des parcours et locaux logistiques.

Pensons également aux drones qui commencent peu à peu à devenir un mode de transport supplémentaire pour certaines marchandises. 

Cliquez pour obtenir des informations sur notre service de conseil en logistique !

Est-il vraiment possible de passer à une logistique verte ?

De sérieux efforts sont déjà en cours. Il faudra cependant tenir compte de défis supplémentaires comme la dépendance aux combustibles fossiles (toujours d’actualité pour bon nombre de modes de transport). De plus, l’étendue des infrastructures adaptées est toujours limitée pour le moment. 

Les tendances logistiques de type 4.0 sont-elle vraiment utiles et réalistes ?

Oui, car ces nouvelles technologies permettent de faire des économies considérables en termes de frais, délais de livraison, traitement de l’information, etc. Par ailleurs, certaines d’entre elles permettent de renforcer les relations avec les clients en leur offrant plus de transparence et un suivi en temps réel. 

Recommendez-vous la logistique 4.0 pour mon entreprise ?

Oui. Ceci dit, les moyens qui peuvent vous être accessibles vont dépendre de plusieurs facteurs, et notamment des caractéristiques de votre entreprise. N’hésitez donc pas à faire appel à une expertise afin de déterminer les solutions susceptibles de vous convenir.